Les troubles anxieux et l’hypnose – Rabat Maroc

Les troubles anxieux et l'hypnose

L’anxiété est un état psychophysiologique

caractérisé par

      • une agitation,
      • des préoccupations,
      • de la peur ou de l’angoisse,
      • de durée et d’intensité variables,
      • liée à un stimulus interne ou externe, qui n’est pas toujours facilement identifiable.
      • Entre certaines limites, l’anxiété doit être considérée comme une émotion adaptative, car indispensable à la survie.

Cependant, si elle se présente de manière chronique et excessive, jusqu’à modifier la vie d’une personne à divers degrés, un diagnostic de trouble anxieux peut être posé, caractérisé par une « anxiété pathologique ».

L’anxiété pathologique peut se manifester en relation avec des moments de fort stress exclusivement ou bien être présente de manière plutôt stable, c’est-à-dire prendre la forme d’un trait caractéristique de la personnalité.

Il existe évidemment des conditions intermédiaires, dans lesquelles l’individu fait l’expérience d’anxiété pathologique exclusivement durant certaines périodes de sa vie.

Les principaux troubles anxieux sont :

      • trouble d’anxiété de séparation,
      • mutisme sélectif,
      • phobie spécifique,
      • trouble d’anxiété sociale,
      • trouble panique,
      • agoraphobie,
      • trouble d’anxiété généralisée.

Trouble d’anxiété de séparation :

correspond à de la peur ou de l’anxiété excessive et inappropriée par rapport au stade du développement, concernant la séparation avec des personnes auxquelles l’individu est lié.

Mutisme sélectif :

il s’agit d’une difficulté continue à parler dans des situations sociales spécifiques où l’on s’attend à ce que le sujet parle (par exemple à l’école), bien qu’il soit à même de parler dans d’autres situations. Cette condition affecte les résultats scolaires, professionnels ou la communication sociale.

Phobie spécifique :

il s’agit d’une peur intense et irrationnelle face à un ou plusieurs objets ou bien face à des situations bien déterminées ; le symptôme principal de ce trouble est la très forte tendance à éviter l’objet qui fait peur. La personne phobique ne peut pas se soustraire volontairement à sa peur, tout en ayant une assez bonne conscience du fait que son intense émotion est irrationnelle et peut affecter l’adaptation optimale à son milieu de vie.

Trouble d’anxiété sociale :

c’est la peur, souvent intense et envahissante, de se trouver dans une situation sociale donnée ou à avoir une prestation inhabituelle qui entraîne, en quelque sorte, le jugement de la part d’autres personnes ; le contact avec les autres est caractérisé par la peur d’être mal jugé et de se comporter de manière gênante et humiliante.

Trouble panique :

il s’agit de la répétition chronique d’attaques de malaise et peur très intenses (attaques de paniques provoquant tremblements, vertiges, douleurs à la poitrine, difficultés dans la respiration, sensation de mourir et d’autres symptômes moins fréquents ; la durée est d’habitude – mais pas toujours – brève, de l’ordre de quelques minutes). L’individu a peur que l’attaque se représente et/ou de ses conséquences et tend à modifier son style de vie à cause de ces possibilités.

Agoraphobie :

il s’agit de la peur ou de l’anxiété importante qui se manifestent pendant l’utilisation de moyens de transport public, dans les espaces ouverts, pendant les queues ou dans la foule ou encore en étant tout seul en dehors de chez soi. Le trouble implique que la personne, en ayant peur, tende à éviter ces situations. Elle considère qu’il serait difficile ou gênant de sortir, car elle craint de ne pas être secourue en cas de besoin.

Trouble d’anxiété généralisée :

il s’agit d’un trouble chronique commun, caractérisé par un état d’anxiété durable et fluctuant, qui n’est pas justifié ni par un objet ni par une situation particulière. La personne souffrant de ce trouble ressent en permanence la sensation de craindre quelque chose d’indéfini ; elle est tout le temps dans une agitation constante qui lui est très difficile de contrôler. La tension musculaire continue et la réaction du système nerveux autonome peuvent amener au développement de migraines, de palpitations, de vertiges, de troubles gastriques et d’insomnie.

Les troubles anxieux ont comme dénominateur commun une réponse excessive du système nerveux sympathique,

qui se traduit en une série de symptômes corporels non adaptatifs, en réponse à des événements plus ou moins stressants ou perçus comme tels.

Certaines hormones produites en réponse au stress, comme le cortisol, peuvent contribuer à augmenter l’état d’activation psychophysiologique.

Sur le plan psychologique, un Moi affaibli, des capacités d’élaboration cognitive et émotionnelle insuffisantes et des comportements dysfonctionnels peuvent maintenir ou aggraver les symptômes.

Critères diagnostiques

On relève : un sentiment de peur, d’angoisse ou de préoccupation inappropriée sans rapport avec la situation réelle, des symptômes physiques, tels que la transpiration, la tachycardie, les tremblements, les vertiges, l’évanouissements, les nausées, l’agitation psychomotrice, les douleurs à la poitrine, un blocage du langage ou de certains comportements.

Pour une présentation plus détaillée des critères de chaque trouble, on renvoie à la consultation du DSM-5.

Indications thérapeutiques cliniques

L’hypnose peut être employée efficacement dans les troubles anxieux, pour agir sur les symptômes physiques, sur l’élaboration cognitive et émotionnelle (en intervenant sur les schémas cognitifs et sur les convictions dysfonctionnelles, sur les images mentales et sur la perception des émotions) et sur les comportements dysfonctionnels.

Dr Jean-Victor Belmère

Hypnose Rabat Maroc – Indications scientifiques

Indications thérapeutiques médicales de l'hypnose

La thérapie hypnotique en tant que telle, une des méta-analyses parmis les plus récentes et les plus vastes, en identifie clairement l’efficacité,

Les données scientifiques médicales et neurophysiologiques convergent vers son évidente efficacité dans le traitement

Vous avez ici les références des publications scientifiques qui ont montré l’efficacité de l’hypnose thérapeutique médicales

          • des troubles anxieux (Golden, 2012) ;
          • de l’anxiété sociale (Lipsitz et Marshall, 2001) ;
          • du trouble de stress post-traumatique (Abramovitz et Bonne, 2013) ;
          • des phobies spécifiques (Stanton, 1994 ; McIntosh, 2007) ;
          • des phobies générales (Sommer, 1995 ; Willemsen, 2003) ;
          • de la dépression (Alladin, Alibhai, 2007 ; Kirsch, Low, 2013) ;
          • des troubles du sommeil (Becker, 2015) ;
          • des troubles alimentaires (Kirsch, 1996), tels que l’obésité (Faith, 1996), l’anorexie (Roy, 2014 ; Walsh, 2008 ; Baker et Nash, 1987 ; Vanderlinden et Vandereycken, 1988) et la boulimie (Barabasz, 2012) ;
          • des dysfonctions sexuelles (Lemke, 2005 ; Chiasson, 1992 ; Gilmore, 1987) ;
          • des addictions générales (Potter, 2004) ou spécifiques, p. ex. à la méthadone (Manganiello, 1984), à la cocaïne, à l’héroïne, au cannabis et autres drogues (Kaminsky et al., 2008 ; Page et Handley, 1993), à l’alcool (Potter, 2004) ou au tabac (Barber, 2001 ; Ahijevych et al., 2000) ;
          • de la douleur aiguë et chronique (Dahlgren et al., 1995 ; Patterson et Jensen, 2003 ; De Benedittis, 2013a, 2013 b) ; en utilisant le potentiel de l’analgésie hypnotique, comme pour la fibromyalgie (Wic et al., 1999 ; De Benedittis, 2012), pour l’arthrite rhumatoïde (Domangue et al., 1985), pour la douleur provoquée par les brûlures graves (Patterson et Ptacek, 1997) et pour la douleur du travail et de l’accouchement (Harmon et al., 1990 ; Schwartz, 1963) ;
          • des céphalées musculo-tensives (Melis et al., 1991) ; des migraines (Anderson et al., 1975) ;
          • des pathologies tumorales (Spiegel et Bloom, 1983, Spiegel et al., 1989) et des nausées/vomissements liés à la chimiothérapie (Zeltzer et al., 1984 ; Co- tanch et al., 1985).
          • L’efficacité est mise en évidence également : en chirurgie (Montgomery et al., 2002 ; Facco et al., 2013) ; en gastro-entérologie générale (Palsson et Whitehead, 2013) ;
          • dans le traitement du côlon irritable (Whorwell et al., 1984) ;
          • en dermatologie générale (Phoenix, 2007), p. ex. pour le traitement du psoriasis (Kantor, 1990) ou de l’alopécie areata (Wil- lemsen et al., 2011) ;
          • en hématologie (Swirsky-Sacchetti et Margolis, 1986) ;
          • dans le traitement de l’hypertension artérielle (Kekecs et al., 2016 ; Schwickert et al., 2006) ;
          • en odonto-stomatologie (Jugé et Tubert-Jeannin, 2013) ;
          • en médecine d’urgence (Peebles-Kleiger, 2000).

Hypnose@docteurbelmere.com

Docteur Belmère Carte de Visite
HYPNOSE – DÉPRESSION – TOC – PEURS – PHOBIES – ANXIÉTÉ – ANGOISSES – MAL-ÊTRE – TABAC – POIDS – PERFORMANCE – TROUBLES SEXUELS – TROUBLES ALIMENTAIRES – ENFANTS – ADOLESCENTS – ADULTES – COUPLES

Guérissez de votre dépression, définitivement et reprenez une vie normale et tranquille -Dr Belmère Rabat

Fini la dépression avec le Dr Belmère

Une dépression ne se développe PAS à partir de rien, comme cela, en réaction à une difficulté.

Une dépression se développe sur un bon terreau, une bonne terre où elle peut grandir avec les éléments nutritifs

C’est comme une mauvaise herbe dans un beau jardin

Ses mauvaises racines vont se nourrir de tout en se développant à bas bruit

Et puis à l’instant elle bourgeonne, et prend son envolée et devient, apparemment, une belle plante qui dévaste le jardin. Car elle a pris la précaution d’étendre ses racines, à bas bruit, et dans tout le jardin.

Quand elle apparaît ce ne sont PAS quelques petites drogues qui vont la déloger !

Au contraire ces drogues (anxiolytiques, antidépresseurs) la fixe, Et contribue à ancrer l’idée que vous êtes en dépression.

Ces drogues sont des filtres qui masquent les racines profondément dissimulées dans tout votre être. Nous sommes là, à la base de la thérapie que je vais vous proposer

Dans un premier il faudra accéder à la cause initiale, Sur laquelle s’est construit un château d’émotions comme un château de cartes. Émotions qui deviennent prépondérantes et masquent la cause originelle.

L’économie du vivant a prévu des processus de réparation physique et mental et c’est à ces process de réparation que nous allons accéder.

Une fois la cause initiale cicatrisée et les racines profondes éradiquées le château de cartes des émotions s’effondrent

Il reste des comportements, des réflexes compulsifs qu’il faut alors nettoyer

Et la guérison survient comme par magie !

Il faut alors protéger le terreau profond par des ancrages répulsifs en utilisant les moyens de défense innés et spécifiques propres à l’économie du vivant

Et alors ?

Vous êtes ENFIN, face à vous-même, face à la (le) vrai(e) Vous…

Débarrassé(e) du lavage de cerveau que l’Éducation, l’environnement, la culture et les croyances ont emprisonnée dans une sorte de cadre (je préfère tunnel) mortifère et vicieux

Et le jour où cette cage est enfin ouverte, Vous et votre entourage, par effets “miroir” en subissent toute l’amplitude car connectés avec vous-même (la vraie ou le vrai) vous êtes connecté(e) avec ce qui est le plus originel et naturel dans la vie, et votre vie dans l’univers.

Une paix, une sérénité, une tranquillité s’installe en vous qui sont communicatives

Dans ce conteste l’association thérapeutique médicale de plusieurs « techniques » dont l’HYPNOSE est le centre est la seule alternative possible en traitement définitif de cela dépression

L’industrie pharmaceutique fait son fric avec ses remèdes sans cesse plus performant dans l’addiction mais je vais vous conduire à une désaccoutumance complète de tout antidépresseurs ou anxiolytiques

Protocole contre la dépression – Rabat

Protocole contre la dépression

Comme vous le savez une dépression (quelque soit sa forme) a toujours une cause profonde.

Cause sur laquelle se sont greffées des manifestations émotionnelles plus ou moins larvées.
Puis un phénomène survient et en réaction la dépression s’exprime

Le Burnout apparait quand les constantes métaboliques ne sont plus en capacité de produire d’une manière équilibrée un certain nombre d’hormones avec une prépondérance de l’adrénaline. Car il n’y a plus de phase de récupération.

Pour ma part, avec plusieurs dizaines d’années d’expérience, j’ai admis qu’anxiolytiques et antidépresseurs ne peuvent pas “guérir” une dépression

Quelque soit son origine (sauf peut-être les petites déprimes saisonnières ou sentimentales brèves, qui guériraient de toute façon).

Ce sont simplement des filtres qui “coupent” quelques manifestations de l’humeur mais sans avoir d’effets thérapeutiques curateurs.

Mon schéma thérapeutique est assez standardisé :

      1. – Obtenir un lâcher-prise réel et établir une confiance profonde thérapeute/patient(e), souvent deux trois séances…
      2. – Enquêter sur la cause profonde afin de la révéler aux mécanismes de réparation mentaux (conscients et inconscients) souvent deux séances
      3. – Travailler sur chaque symptomatologie de façon à les déstructurer pour permettre une prise de conscience (consciente et inconsciente) et un retour à l’état originel ( dans les dépressions très profondes cela peut aller jusqu’à 10, 12 séances)…

C’est avec ce protocole que je sors les déprimés chroniques de leur état de dépression profonde, récurrente et inaccessible…

La partie sensible est la recherche de la cause initiale.

Dans 90% il s’agit d’une mauvaise interprétation par le cerveau d’un(e) enfant d’une situation banale pour un adulte mais dont les conséquences sont cataclysmiques pour un jeune esprit en cours de maturation. Dans 10% des cas il s’agit de causes graves (attouchements, incestes, viols, visualisation de situations très traumatiques etc. etc.) qui paradoxalement sont plus faciles à réparer qu’une cause banale.

Le traitement repose sur l’assiduité du patient et la confiance qui s’établit soignant/soigné

Dr Jean-Victor Belmère

Guérir de la dépression – Rabat Maroc

Hypnose guérir la dépression

Peut-on s’éloigner de la dépression et guérir ? OUI grâce à l’hypnose (selon un protocole strict) !

Docteur Jean-Victor Belmère – Rabat Maroc

La dépression est un terme générique qui couvre plusieurs aspects de la maladie. #balancetadepression.

Ce qu’il faut savoir sur la dépression :

      1. La dépression est toujours liée à une cause, une cause profonde souvent révélée dans l’enfance, et cette causse profonde fait le lit, le terreau de la dépression future, si elle se manifeste.
      2. La dépression est toujours réactionnelle.
        Sur ce terreau de cause profonde se développe , face à des conflits internes, des difficultés familiales (rupture sentimentale, perte d’un être cher) ou sociales, des difficultés professionnelles, des échecs, des maladies somatiques souvent chroniques se développent une spirale négative qui a des incidences psychologiques, physiopathologiques, endocriniens et métaboliques…
      3. Les anxiolytiques et les antidépresseurs ne guérissent pas la dépression. Ce sont des écrans qui masquent les signes mais ne traitent le problème de fond. C’est comme si mettez une couche de peinture sur un mur humide… Au début c’est beau. Mais rapidement l’humidité réapparait.

Qu’est-ce que la dépression ? Elle est caractérisée par trois types de symptômes

      1. La chute de l’humeur
        Plus le moral, broie du noir..
        une vison pessimiste, dramatique, dramatisante de la vie, de son passé, du futur, du présent.
      2. Le blocage
        concerne tous les domaines, psychologiques, sentimentaux, relationnels, somatiques (le corps)
        fermeture, repli sur soi, avec une “grosse” fatigue, tout devient corvée,
        tout baisse, combativité, motivation, énergie, appétit, désir sexuel,
        sommeil perturbé, transit intestinal troublé,
        tout se ralentit concentration, mémoire, raisonnement
      3. La souffrance morale
        sa conscience reste intacte mais avec des sentiments d’infériorité, d’échec, dénigrement de soi,
        angoisses, culpabilité,
        impression d’incurabilité, certitude de ne jamais en sortir
        tentatives de suicide pour retrouver la paix de l’âme.

La dépression indifféremment touche les deux sexes.

Un homme sur 10 et deux femmes sur 10.

Guérir de la dépression

On a décrit plusieurs type de dépression

          • la dysthymie qui serait une dépression chronique mineure
          • la dépression saisonnière
          • la dépression post natale
          • la dépression masquée
          • le burnout
          • la dépression majeure
          • les troubles bipolaires
          • même la dépression exogène ou endogène
          • il faut mettre en exergue le Syndrome Dysphorique Prémentruel

Cette classification n’a pas d’intérêt en hypnose ou le travail est surtout centré sur la cause profonde à élucider, puis un travail conséquent sur les symptômes eux-mêmes

Comme je l’ai dit plus haut toute dépression a une cause et le traitement symptomatique à base d’antidépresseurs et d’anxiolytiques ne permet pas de la guérir. Il faut donc entrer en subconscience pour aller dénicher cette cause, éventuellement par des techniques de régression.

Découverte fortuite en 1951 du premier anti-dépresseur utilisé pour traiter, au départ, la tuberculose, l’iproniazide

Il devient le chef de file des anti-dépresseurs tricycliques avec une descendance innombrable de dérivés. Les anti-dépresseurs constituent le premier volet d’un marché pharmacologiques juteux.

Seul problème un antidépresseur n’a jamais soigné une dépression. Il est plutôt là pour la masquer et l’entretenir. les anti-dépresseurs entretiennent des revenus mirobolants pour les laboratoires qui les produisent car plus de 300 millions de personnes sont soignées chaque jour dans le monde !

Médecins et psychiatriques les prescrivent à tour de bras. Ces praticiens revoient régulièrement les “déprimés” pour renouveler leurs ordonnances, modifier la posologie ou prescrire le “nouvel antidépresseur” dernière génération informé de leur sortie par les visiteurs médicaux…

Mais vous connaissez-vous un seul patient qu'un antidépresseur ait sorti de la dépression ? Malheureusement moi non plus.

Mais vous connaissez-vous un seul patient qu’un antidépresseur ait sorti de la dépression ?

Malheureusement moi non plus.

En hypnose le travail sur la dépression suit un protocole précis

D’abord la mise en confiance

Car un déprimé chronique qui souvent a fait le tour des psychiatres, des psychothérapeutes et autres médecines alternatives doute. Il doute de pouvoir s’en sortir un jour.

Il n’a plus confiance, plus confiance aux médicaments, plus confiance au psychiatre, plus confiance en lui-même. et l’hypnothérapeute est la nième personne vers laquelle il se tourne en désespoir de cause !

Sauf que l’hypnose va le sortir de là.

La première étape de la thérapie sous hypnose est d’abord d’apprendre à lacher-prise

Qu’est-ce que cela veut dire ? Rassurer la partie rationnelle du patient pour qu’il se laisse aller dans une relation où la partie inconsciente va prendre le relais

Et cela prend u temps. Car une première hypnose a un effet d’apaisement très important, une relaxation et un relâchement incroyables. Problème ? La première hypnose a un effet limité dans le temps.

Il faudra souvent deux à trois séances pour que la thérapie de la dépression puisse se mettre en route, et obtenir un lâcher-prise sur la période qui sépare les séances.

A partir de ce moment là, la relation de confiance est établie

Il s'agit maintenant de faire un travail en profondeur pour déterminer le "terreau"où la dépression a pu se développer, chercher la cause.

Il s’agit maintenant de faire un travail en profondeur pour déterminer le “terreau”où la dépression a pu se développer, chercher la cause.

Ce que j’ai appelé, au tout début, la cause profonde.

Il s’agit par des séances de régression de déterminer à quelle moment la graine s’est implantée et pourquoi ?

Et là surprise on s’aperçoit que la cause est souvent minime.

Mais dans tous les cas elle remonte à l’enfance. Il s’agit d’un interprétation par l’enfant d’une situation.

Cette interprétation fausse toute la perception émotionnelle, et se structure alors un mécanisme vers la dépression, vers un mal être, autour duquel s’agrège toute la vie émotionnelle de l’adolescent, de l’adulte jeune, de l’adulte mûr, puis de l’adulte vieillissant.

Cette interprétation initial est sous l’influence du milieu dans lequel il se développe. De la culture de ce milieu. Des croyances de son environnement. De l’éducation qu’il subit dans un environnement socio-culturel particulier.

Il faut prendre conscience que l’on reproduit ce que l’on voit et apprend de son milieu familial et éducatif.

Et ainsi se développe les conditions d’une dépression.

Ensuite travailler sur chaque élément de la symptomatologie qui est propre à CHAQUE patient

Le travail est alors patient, systématique sur la symptomatologie réactionnelle qui est individuelle et qui tient compte non seulement de l’histoire du déprimé mais de la manière dont il a évolué depuis sa tendre enfance sous les injonctions de son environnement culturel, éducationnel et ses croyances.

Mais ce syndrome dépressif a créé ses propres déviances émotionnelles qui se sont ancrées, mémorisées et enfouies qu’il convient patiemment de déstructurer te de réparer par un travail éclairé avec l’inconscient, selon des protocoles stricts et rigoureux.

En un mot seule l’hypnose a les atouts pour vous sortir de la dépression

Docteur Jean-Victor Belmère – Hypnose PNL EMDR

Synchronicité Cardio-Respiratoire – Dr Jean-Victor Belmère

La synchronicité Cardio-Respiratoire

La Synchronicité Cardio-Respiratoire 

La synchronicité Cardio-respiratoire est un remède miracle car il suffit de respirer, en conscience.

La synchronicité Cardio-respiratoire est un processus physiologique que l’on rencontre naturellement chez le nouveau-né.

Il s’agit tout simplement de rendre la fonction cardiaque parfaitement adaptée à la fonction respiratoire, parfaitement synchrone.

Comme vous le savez la respiration amène l’oxygène dans le sang et élimine le dioxyde de carbone issu du travail des cellules et de la production d’énergie et de sa combustion.

Le cœur pour sa part a pour but de véhiculer du sang oxygéné partout dans l’organisme jusqu’à la moindre petite cellule.

Synchroniser la respiration et la pompe cardiaque c’est permettre un travail optimum pour que l’organisme vivant puisse reprendre le contrôle de ses fonctions d’origine.

Cette synchronicité cardio respiratoire est absolument indispensable pour lutter contre le stress malsain, les angoisses, l’anxiété, la dépression et les addictions…

Et surtout mettre en d’état d’éveil optimum son système immunitaire

Dans le travail sur le sevrage tabagique ou le retour au poids de santé c’est un renforcement indispensable.

Dans tous ces cas et d’autres les RÉSULTATS SONT SPECTACULAIRES

Je vous invite, en ces périodes de confinement, de stress, d’angoisse, de peur du lendemain, de peur de perdre son boulot ou ses revenus à vous mettre tout de suite à la synchronicité cardio-respiratoire.

Il suffit de la réaliser TOUS LES JOURS

Trois fois cinq minutes par jour,

Au lever, avant de faire toute chose,

Après le repas de midi

Et dans la soirée

En tout 15 minutes par jour, pour modifier votre vie à Jamais !

Il vous suffit de suivre l’animation qui va suivre

Et caler votre respiration sur l’animation qui va suivre

Vous vous concentrer sur votre respiration en pensant qu’à cela pendant cinq minutes à répéter trois fois par jour

Vous inspirez, calmement, régulièrement, tranquillement par le nez en gonflant votre poitrine et votre abdomen

Puis vous soufflez la bouche calmement, régulièrement, tranquillement

Pour qu’elle soit efficace vous suivez simplement le rythme imposé par l’animation qui va suivre, pendant CINQ minutes sans vous arrêter…

Et ceci trois fois par jour…

Allez au boulot et vous allez réparer beaucoup de vos problèmes

Vous avez la possibilité si cela vous semble justifié, de faire un don de votre choix via le lien PayPal https://paypal.me/drbelmere

Pour me permettre de continuer à vous poster du contenu thérapeutique varié et de qualité des thérapies accessibles à TOUS et très efficaces

1€ Faire un Don 1€

 

 

 

La Dépression et l’Hypnose – Devenir enfin SOI ! – Hypnose Rabat

Dépression et Hypnose

Voir en priorité cet article Guérir de la dépression

Dans la dépression le passé déferle sur le présent et l’inonde.

La recherche et la réparation des blessures profondes qui ont conduit à la dépression et à ses signes doit être une quête omniprésente où l’hypnose joue un rôle de premier plan.

La dépression permet de guérir une personnalité déjà et depuis longtemps mal en point. Elle s’accompagne certes d’une souffrance, mais celle-ci n’est jamais inutile.

La thérapie sous hypnose représente le prix à payer pour renaître, c’est-à-dire devenir enfin soi. Et retrouver celle ou celui qui a été déstabilisé(e) par des blessures profondes nées dans l’enfance et toujours refoulées. Être enfin celle ou celui qu’on a toujours été mais qui n’a jamais été au premier plan par peur du regard de l’autre, par peur de nuire, par crainte de se sentir coupable. Car le déprimé, comme tout individu, s’est construit sous le matraquage de l’éducation, des croyances, de la culture de son environnement et il sent bien que le véritable “soi” est différent de ce qu’on a voulu faire de “d’elle ou de lui” et aspire à sortir au grand air, à retrouver sa propre essence…

La dépression est un signal d’alarme, un miroir qui réfléchit un mal-être provenant de loin, souvent de l’enfance

C’est la raison pour laquelle la dépression, loin d’être une maladie à soigner avec acharnement, représente une chance, une occasion privilégiée de transformation et de changement.

Blessures de l’âme et du passé – Rabat Maroc Dr Jean-Victor Belmère

Tu souffres de ton passé par ce qu’il est profondément inscrit dans ta mémoire,

mais surtout parce qu’il a suscité une émotion, et le mix de cette émotion avec le souvenir de la blessure, a provoqué une autre émotion, et le mix de toutes ces émotions crée d’autres émotions….

Blessure de l'âme Chateau de cartes

IN FINE ta blessure est enfouie et tu t’en souviens plus….

Mais les émotions, ELLES, évoluent pour leur propre compte et créent d’autres émotions… Et comme un château de cartes, elles s’entassent les unes sur les autres et te conduisent à la dépression, aux phobies, aux TOC, aux peurs, mal être… etc. etc.

Et comment les traiter ?

En retournant à la source ! Grâce à l’hypnose pour permettre une analyse objective de la cause pour la déstructure et la ramener à ce qu’elle est… un événement…

Et le cerveau comme toute cellule ou tissu vivant procède à sa réparation AD INTEGRUM…

C’est la loi du vivant… C’est une loi ubiquitaire…

Trop souvent méconnue par méconnaissance des mécanismes fondamentaux du vivant…