L’expression sous forme d’anxiété, d’angoisses, de phobies, de paniques, de mal-être etc. du Stress Post Traumatique – Dr JV Belmère – COTEHY – Rabat – Maroc

Le lieu de sécurité essentiel pour sortir du trauma

Étudiant en médecine et externe je gagnais ma vie en faisant des gardes de nuit dans une clinique de la banlieue toulousaine et notamment en secteur « fermé »…

J’ai passé beaucoup de nuits dans cette unité (en moyenne 4 par semaine pdt deux ans), ce qui m’exposait à des choses que les psychiatres ne voyaient jamais pendant leurs brèves visites ou n’entendaient pas lors de leur « consultation »
Quand les patients ne pouvaient pas dormir, emmitouflés dans leur robe de chambre, ils venaient souvent parler dans la pénombre du poste des infirmiers (appelé pudiquement tisanerie).

Le calme de la nuit et les psychotropes prescrits semblant les désinhiber ,

ils me racontaient avoir été frappés, agressés ou violés, souvent par leurs parents, d’autres membres de la famille, des voisins ou des camarades de classe.
Ils évoquaient les nuits où, couchés dans leur lit, ils entendaient leur père battre leur mère, leurs parents se lancer d’horribles menaces, des
bruits de meubles brisés.
D’autres racontaient comment, quand leur père rentrait ivre, ils guettaient ses pas sur le palier, attendant son entrée dans la chambre où il les tirait du lit pour les punir d’une faute imaginaire.
Plusieurs femmes se rappelaient, petite fille, comme elles restaient éveillées, immobiles dans leur lit, dans l’attente de l’inévitable : un frère ou un père se glissant dans leur chambre pour les « toucher » ou pire

Toutes ces souvenirs enfouis à l’âge adulte

mais profondément ancrés et qui sous l’action de déclencheurs anodins revivifient ces terreurs s’exprimant sous forme d’anxiété, d’angoisses, de phobies, de paniques, de mal-être etc. etc. Et tout cela constitue le Stress Post Traumatique que les psychiatres ou les psychologues continuent à traiter comme des pathologies lambda souvent par la parole, mais encore trop souvent, malheureusement, par des molécules thérapeutiques (médicaments : anxiolytiques, antidépresseurs, neuroleptiques etc.)… Nous sommes pourtant au XXIème siècle et de très études ont étudié ces stress post traumatique… et leur résultats semblent être ignorés par la majorité des professionnels de santé…

Le traitement du stress post traumatique – Dr Belmère – COTEHY – Rabat – Maroc

Le problème, dans le traitement du traumatisme, du stress post traumatique

n’est pas seulement d’affronter le passé mais, plus encore, d’améliorer la qualité de l’expérience quotidienne.
L’une des raisons pour lesquelles les souvenirs traumatiques finissent par dominer dans le syndrome de stress post traumatique est que, pour ceux qui en sont affectés, il est extrêmement difficile de se sentir pleinement vivant dans le présent.
Quand on ne peut pas être tout à fait là, on se replie quelque part où on a eu l’impression d’être vivant – même si cet endroit est plein d’horreurs et de souffrances.
Beaucoup d’approches thérapeutiques du SSPT se concentrent sur la désensibilisation au passé, dans l’espoir que la réexposition au traumatisme diminuera les explosions émotionnelles et les flash-back.
À mon avis, ces méthodes, de désensibilisation du passé, sont fondées sur une incompréhension de ce qui se passe dans le stress traumatique.
Nous devons, avant tout, aider les patients à vivre pleinement et en sécurité dans le présent.
Voir mon article sur le traitement spécifique