L’IDÉAL DU MOI & l’hypnose pour les personnes âgées à Rabat

 

L’idéal du Moi sert au Moi de référence essentiellement narcissique pour se mesurer

Il s’inscrit dans un cadre personnel où sont définis des modèles idéaux comme ceux parentaux et des idéaux plus collectifs.

Cette instance psychique dynamique pour perpétuer ces identifications dans une idéalisation à propos d’objets auxquels le l’individu souhaite être identifiés

Contraignant des façons d’être au Moi de façon à satisfaire les exigences imposées par le surmoi, l’idéal du Moi accepte quelques illusions, les reports au lendemain, les anticipations projetées dans un avenir plus ou moins long.

Avec le vieillissement et la perspective de la mort, la concession faite aux illusions et aux sursis s’estompe, la radicalité de la fin vient s’opposer à toute possibilité de réalisation, même toute prétention à satisfaire un souhait quelqu’il soit.

Différer la satisfaction devient risque de frustration sans retour.

Il n’y a plus de représentation que le sujet puisse produire, des nouvelles ou à se reconnaître dans celles qui lui sont imposées par son environnement familial, de soin ou d’accompagnement. L’environnement restreint ses desiderat

Par réaction il y a un investissement idéaliste dans le passé, dans le chemin parcouru, dans l’époque vécue .

L’idéalisation se révèle la seule source de gratification et de renforcement du Moi, lequel est de fait peu enclin à consentir à son inachèvement.

Ainsi tous les tenants des problématiques dépressives sont au rendez-vous.

Pouvoir déprimer, sans verser dans le « devoir faire son deuil », est d’une grande importance pour la vie psychique, pour sa structuration dans la relation à l’objet que l’on reconnaît différent de soi, susceptible de fait d’être perdu et faillible, pour l’introjection en soi d’un bon objet qui permet de supporter le manque.

Et trois types de symptômes se manifestent, alors

      • Les insomnies
      • les plaintes corporelles
      • les ruminations anxieuses

L’Hypnose est alors un outil non intrusif en gériatrie et indispensable

Car les troubles psychiatriques, névrotiques ou psychotiques, sont de plus en plus envahissants et la plupart des personnes âgées finissent par développer tôt ou tard des difficultés d’adaptation à leur environnement mais aussi à leur propre personne,