Hypnose conversationnelle comment cela fonctionne ? – Hypnose Rabat

En réalité, c’est notre subconscient qui prend toutes sortes de petites résolutions et donne au conscient des directives sur ce qu'il doit faire.

La plupart des gens nomment « penser » l’activité qui agite l’esprit telles que les pensées conscientes ou le dialogue interne.

C’est pour cela qu’il nous paraît logique de devoir réfléchir davantage à un problème afin de pouvoir le résoudre. En réalité, la conscience joue souvent un très petit rôle dans la prise de décisions. C’est toujours notre inconscient qui accomplit la plus grande partie du travail.

Plusieurs études montrent que bien avant que quelqu’un ne se fasse une opinion, agisse ou ressente certaines sensations, son inconscient a commencé à tirer un certain nombre de conclusions et a déjà décidé de la manière d’agir. En fait, tout ce que nous faisons est en accord avec un certain nombre d’opérations inconscientes et automatiques qui s’opèrent à l’arrière-plan.

Beaucoup de gens croient, la plupart du temps, que c’est l’intellect qui est aux commandes.

En réalité, c’est notre subconscient qui prend toutes sortes de petites résolutions et donne au conscient des directives sur ce qu’il doit faire.

L’hypnose, ne cherche donc pas à inscrire de nouvelles compétences dans l’esprit du client.

Elle tente davantage d’enlever les barrières mentales qui l’ont empêché jusqu’ici d’effectuer lui-même les changements.

La clé de l’hypnose conversationnelle réside dans le fait de cacher, à l‘intérieur ou derrière vos paroles, l’information que vous voulez que l’esprit utilise. Car, le patient perçoit pleinement ce que l’on dit, à travers ses filtres internes qui, au départ, étaient la source du problème.

C’est donc l’information que le patient ne suit pas consciemment, qui aura souvent l’impact le plus important.

L’être humain, lorsqu’il interagit avec un autre être humain, a surtout tendance à se concentrer sur ce qui se trouve à la surface, comme les mots que les gens prononcent. Lors de l’hypnose conversationnelle, ce que nous faisons, c’est occuper la partie consciente de l’esprit avec nos paroles, alors que nous acheminons nos directives vers l’inconscient, sans nous faire détecter.

Les problèmes auxquels est confrontée une personne, sont souvent la conséquence de ce qu’elle fait,

à la fois de façon interne et externe, mais dont elle n’a pas conscience. Si elle était pleinement consciente que ses perceptions et son comportement créaient un problème, elle s’occuperait probablement de le résoudre.

Bien souvent, nous n’avons pas conscience que nos schémas dysfonctionnels sont la source des défis auxquels nous faisons face. C’est bien plus facile de s’en apercevoir lorsque cela arrive à quelqu’un d’autre. C’est pour cela que nous, en tant qu’hypnothérapeute, jouons un rôle si important.

Nous pouvons examiner la situation dans laquelle se trouve notre patient avec un regard neuf.

Il faut aussi noter les effets qu’ont les croyances, les schémas de comportement et les pensées limitantes sur le client.

Cela peut être des effets physiques, des effets internes exprimés à la fois par le langage verbal et par le langage non-verbal, ou des circonstances qui reviennent constamment dans sa vie.

Comme le style d’hypnose dont nous parlons ici n’est pas direct, nous cherchons toujours des retours dans les réponses inconscientes du patient, ces indices qui identifient son état et où il se trouve dans le processus d’hypnose.